Que choisir pour se lancer dans la domotique ?

La domotique est un vaste monde où les fabricants, les marques, les protocoles se livrent une guerre sans merci. Quand on commence à s’y intéresser, on peut rapidement se sentir dépassé, emprisonné dans les fonctionnalités et le choix du matériel, souvent dépendant du protocole choisi par la marque.

Pour ne rien arranger, le nerf de la guerre vient ajouter la cerise sur le gâteau. Entre la box et les divers modules et accessoires, la facture devient vite salée pour rendre sa maison intelligente et connectée.

C’est le sentiment que j’ai eu quand en tant que geek j’ai commencé à me pencher sur la domotique. Mais rassurez-vous, il est possible de se lancer sans devoir faire de choix quasi irréversible et surtout sans vendre un rein. Mais avant de vous présenter ce qui m’a décidé à me lancer à moindre frais, faisons tout d’abord un petit point vocabulaire.

Box ? Module ? Protocole ?

Pour démarrer il faut un minimum de matériel. Le premier qui est le principal et aussi le plus coûteux (mais on verra plus bas que pas forcément), c’est la box. C’est le boîtier que l’on peut considérer comme le cerveau qui va gérer notre domotique. Il sera chargé de reconnaître les modules utilisés, de dialoguer avec eux et d’envoyer les commandes demandées, les ordres que l’on va lui dicter en fonction du résultat que l’on souhaite obtenir.

Pour cela, la box a besoin de modules, d’accessoires qui lui enverront des informations et seront capables de comprendre et d’exécuter des ordres. Cela peut être par exemple un capteur de température, une lumière connectée, un volet roulant électrique… On peut les comparer à nos membres, qui sont reliés au cerveau, peuvent envoyer des infos (yeux, oreilles, etc…) et/ou exécuter un ordre (marcher, se plier, etc…).

C’est super mais comment box et modules font pour communiquer ? Et bien vous l’avez peut être deviné, c’est le protocole qui entre en jeu. Comprenez par là la langue. La box et le module pour fonctionner ensemble doivent parler la même langue sinon il sera difficile d’obtenir ce que l’on souhaite. Essayez de parler à un chinois sans parler la langue, le dialogue va tourner court.

Et donc ?

Vous comprenez donc pourquoi au moment du choix du système, si le fabricant de la box ne peut utiliser qu’une unique langue, qui plus est si c’est un protocole propriétaire (conçu par et pour la marque uniquement), le choix des modules va être limité à ce que propose cette marque. On appelle cela un écosystème. Le procédé est compréhensible, la marque veut “enfermer” ses clients et lui vendre ses produits. Mais point de vue client ça coupe des libertés, chose qui m’a dérangé dès le départ.

Alors comment choisir ?

On a fait le tour de ce qu’il faut pour se lancer. Tout d’abord, avant de faire un quelconque choix il faut déjà définir ce que vous voulez faire. Ne cherchez pas à couvrir un très large panel de fonctionnalités tout de suite, il est préférable de cibler 2 ou 3 besoins maximum pour vous laisser le temps d’apprendre et de comprendre le fonctionnement, et de maîtriser votre système. Et puis cela limite les dépenses immédiates c’est bien aussi.

Ce besoin peut être aiguillé par du matériel plus ou moins “connecté” que vous possédez déjà. Par exemple, à titre personnel dans ma maison récemment achetée j’ai des volets volants électriques Somfy qui sont commandés par des télécommandes sans fil. Ils ne sont pas “connectés” dans le sens où je pourrais par exemple y accéder depuis mon smartphone, mais une liaison sans fil implique l’envoi d’une onde radio. Donc potentiellement je me doutais qu’il devait y avoir un moyen de leur envoyer cette commande par un autre moyen que les télécommandes.

J’avais également remplacé le thermostat centralisé filaire de ma chaudière qui était là quand je suis arrivé, par un thermostat connecté Netatmo. En fait c’est mon tout premier pas dans la domotique. Il est très pratique de pouvoir programmer ses temps et heures de chauffage en fonction de la température de la maison et son rythme de vie. Pouvoir faire cela sur l’interface bien pensée d’un smartphone (ou depuis un ordinateur) tranquillement installé dans son canapé c’est vraiment top. Encore mieux il est possible de le faire depuis l’autre bout du monde (ou de la ville c’est déjà pas mal) puisque c’est connecté à internet. Encore une fois je me suis également dit qu’un jour ou l’autre je pourrais m’en servir autrement.

En résumé on a ici mes deux besoins ou plutôt désirs (je vivais aussi très bien en l’état). Pouvoir commander mes volets autrement que par mes télécommandes, ainsi que piloter ou au moins utiliser les informations de mon chauffage.

Alors que choisir ?

Vous avez défini ce que vous souhaitez faire ? Alors vous pouvez faire le tour des grandes marques, comme par exemple celle qui a fabriqué un équipement dont vous disposez déjà. Une bonne partie commercialise sa box et divers équipements qui couvrent un panel plus ou moins important de solutions. Mais comme déjà expliqué, le coût est souvent élevé. Même une box dédiée toute faite compatible avec plusieurs protocoles n’est pas donnée.

Pour ma part, j’ai eu le déclic pour me lancer dans la domotique grâce à deux rencontres, la première ayant entraîné la seconde. Pour commencer, se fut lorsque que je me suis intéressé à un appareil dont j’avais déjà entendu parlé à plusieurs reprises sans creuser le sujet, le Raspberry. Le prochain article du blog rentrera plus en détail sur ce que c’est, en résumé il s’agit d’un mini ordinateur (gros environ comme une carte bancaire) très peu coûteux (environ 35-40€).

Cette petite framboise (Raspberry signifie framboise en anglais) m’a fait découvrir une de ses nombreuses possibilités d’utilisation qui a fait immédiatement tilt. L’installation d’un logiciel open source gratuit consacré à la domotique, Jeedom. Là aussi je rentrerai dans le détail de Jeedom dans l’article qui suivra celui sur le Raspberry.

Pour conclure

Ce duo gagnant m’a fait définitivement basculer dans la domotique et passer du temps à étudier et comprendre comment cela fonctionne et ce que cela permet. Etant donné les larges possibilités, la liberté tant convoitées et le coût de départ bien plus faible, j’avais toutes les conditions réunies pour me lancer.

Comme déjà dit, nous essaierons au travers de ce blog de vous faire gagner du temps (et de l’argent) et de vous permettre de vous lancer en expliquant simplement les choses et en répondant à vos interrogations. N’hésitez pas à partager nos articles, tout le monde en sortira gagnant.

Une pensée sur “Que choisir pour se lancer dans la domotique ?

N'hésitez pas à vous exprimer ici...